Stopper la diarrhée

Sommaire

Une envie irrépressible vous oblige à vous rendre aux toilettes ? Il n'y a rien de plus gênant, surtout lorsque la vie active vous rattrape et que vous êtes loin de chez vous. Les diarrhées sont un symptôme courant de nombreuses affections chroniques ou aiguës. Cette fiche pratique vous explique comment stopper la diarrhée aiguë en adaptant votre alimentation et en prenant des traitements adaptés.

 

 

1. Évaluez la gravité de la diarrhée aiguë

Avant de stopper une diarrhée aiguë, il est préférable d'en connaître l'origine et d'évaluer sa gravité.

Les différentes causes de diarrhée

Une diarrhée aiguë peut être due à :

  • Un virus : épidémique, elle est souvent virale et bénigne. Vous avez été en contact avec une personne infectée ou un objet contaminé. Les symptômes régressent sous 2 jours au maximum.
  • Une bactérie : elle survient en général après avoir ingéré un aliment contaminé. Une bactérie ou une toxine bactérienne est alors responsable de la diarrhée. On parle de toxi-infection alimentaire ou de tourista lors d'un voyage.
  • Un excès alimentaire : une indigestion, ou la prise d'alcool de façon excessive.
  • Un médicament : les antibiotiques peuvent détruire une partie de la flore intestinale, d'autres molécules (comme la metformine, la colchicine, la digoxine, les anticancéreux...) peuvent entraîner des diarrhées.

Dans quels cas consulter votre médecin ?

Vous pouvez vous-même tenter de stopper les diarrhées aiguës virales et celles qui font suite à une indigestion, mais l'amélioration doit être rapide. Pour les autres cas :

  • Lorsque la diarrhée est bactérienne, il est préférable de consulter votre médecin. C'est notamment le cas lorsque les diarrhées sont incoercibles (qu'elles ne s'arrêtent pas), lorsqu'elles sont sanglantes ou glaireuses, ou lorsque la fièvre est élevée.
  • Si la prise d'un médicament vous semble être à l'origine de la diarrhée aiguë, demandez rapidement l'avis de votre pharmacien ou de votre médecin. Ce signe d'alerte peut être tout à fait bénin, mais aussi très grave.
  • Les enfants de moins de 2 ans ainsi que les personnes âgées affaiblies nécessitent systématiquement une consultation médicale.

2. Adaptez votre alimentation

Pour stopper la diarrhée, il faut adapter votre alimentation. Considérez ce régime comme un traitement à part entière qu'il est préférable de poursuivre 2 jours après la disparition des symptômes.

Évitez les aliments irritants

Certains aliments irritent davantage la muqueuse de l'intestin, d'autres ont un effet laxatif en accélérant le transit. Les aliments à éviter sont :

  • l'alcool, le café, le thé ;
  • les épices ;
  • la glace, les aliments très froids ou au contraire très chauds ;
  • les aliments gras : viandes et poissons gras, charcuteries, pâtisseries, crèmes à tartiner, chocolat ;
  • les laitages : fromages, lait, yaourts le premier jour ;
  • les légumes crus, les légumes secs et les fruits ;
  • les céréales non raffinées : pain complet, pâtes ou riz complets.

Privilégiez les aliments faciles à digérer

Choisissez des aliments qui aident à rétablir un transit modéré en prenant plusieurs petits apports réguliers dans la journée pour compenser les pertes d'énergie, d'eau et de minéraux. Les aliments à privilégier sont :

  • le riz blanc et les pâtes non complètes ;
  • les carottes et pommes de terre cuites ;
  • les bananes et la compote de pomme ou de coing ;
  • les viandes et poissons maigres : poulet, dinde, jambon découenné, colin, cabillaud, limande ;
  • l'eau et les infusions, ainsi que les solutés de réhydratation disponibles en pharmacie.

À noter : les apports hydriques (1,5 litre/jour au moins) sont très importants : la déshydratation est un risque majeur de la diarrhée.

3. Prenez des traitements naturels pour stopper la diarrhée

Dans la catégorie des traitements naturels, l'argile est le parfait allié pour stopper la diarrhée. Cela peut vous paraître étonnant de consommer un minéral issu du sol. Pourtant, l'argile présente une excellente tolérance et protège très efficacement les muqueuses intestinales. Elle est disponible sous plusieurs formes :

  • Médicament prêt à emploi : c'est le cas de la diosmectite en sachets (attention toutefois, par mesure de précaution, l'ANSM déconseille les antidiarrhéiques à base d'argiles extraites du sol chez les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que chez l'enfant de moins de 2 ans, même si le traitement est de courte durée, en raison du plomb qu’elles contiennent). Attention toutefois, les argiles modifient l’aspect des selles sans agir sur les pertes liquidiennes et le risque de déshydratation.

 

  • Complément alimentaire prêt à l'emploi sous forme de gélules facilitant son absorption.
  • Poudre d'argile verte dite « ultra-ventilée » à délayer dans l'eau (une cuillère à café de poudre dans un demi-verre d'eau).

À noter : l'utilisation de l'argile demande de la régularité. Conformez-vous à la posologie indiquée par votre médecin ou votre pharmacien en fonction de votre âge, et astreignez-vous à répéter la prise 2 ou 3 fois/jour.

Le charbon activé, ou charbon actif, est connu pour ses vertus anti-ballonnements. Il resserre également les selles et c'est un excellent adsorbant (oui, avec un d !), c'est-à-dire qu'il fixe les toxines du tube digestif. Vous pouvez l'employer lors de diarrhées aiguës.

À noter : l'argile et le charbon activé absorbent les molécules médicamenteuses et alimentaires : ils diminuent leur assimilation par l'intestin. Prenez-les 2 heures avant ou après les autres médicaments et les repas.

Vous pouvez également utiliser des huiles essentielles (HE) pour leurs propriétés anti-infectieuses en cas de diarrhée d’origine virale ou bactérienne (gastro-entérites notamment), ainsi que pour leur action contre les douleurs abdominales associées.

En cas de diarrhée d’origine virale, mélangez dans un flacon de 15 ml :

  • 60 gouttes (3 ml) d’HE d’arbre à thé (tea-tree : Melaleuca alternifolia) ;
  • 30 gouttes (1,5 ml) d’HE de coriandre (Coriandrum sativum/graine) ;
  • complétez avec de l’huile végétale (HV) de macadamia.

Pour une diarrhée d’origine bactérienne, mélangez dans un flacon de 15 ml :

  • 9 gouttes (0,5 ml) d’HE de cannelier de Ceylan (Cinnamomumn zeylanicum) ou de Chine (Cinnamomumn cassia) ;
  • 81 gouttes (4 ml) d’HE de coriandre ou de menthe poivrée ;
  • complétez avec de l’HV de macadamia ou d’abricot.

Appliquez sur le ventre 10 à 20 gouttes du mélange choisi après l’avoir agité vigoureusement et répétez l’opération environ 4 fois par jour durant un jour ou deux.

Lire l'article

4. Prenez des anti-diarrhéiques pour stopper la diarrhée

Pour stopper la diarrhée, les médicaments anti-diarrhéiques sont redoutables d'efficacité. Remboursés sur prescription médicale ou conseillés par votre pharmacien, ils peuvent vous permettre de conserver une activité sans passer votre journée aux toilettes. Parmi eux, on trouve :

  • Les ralentisseurs du transit intestinal contenant du lopéramide. Ils diminuent la motilité de votre intestin, c'est-à-dire sa capacité à faire avancer les matières digérées par mouvements musculaires. S'opposant à l'évacuation des germes, ils sont contre-indiqués lors des diarrhées d'origine bactérienne ou parasitaire, ou lors de crises de rectocolite hémorragique. Ils sont toutefois à privilégier par rapport à la teinture d'opium (Dropizal®), un cocktail de constituants du pavot (Papaver somniferum) qui ne présente aucun avantage clinique (source : Prescrire, 1er décembre 2022).
  • Les anti-sécrétoires intestinaux contenant du racécadotril. Ces médicaments ont le pouvoir de diminuer la sécrétion d'eau et de minéraux par votre intestin. Les matières fécales sont ainsi moins liquides.

À noter : sauf avis médical contraire, la prise de ces médicaments ne doit pas excéder 5 jours et peut entraîner une constipation. Lorsque vous jugez que vos selles ont à nouveau une consistance semi-solide, arrêtez le traitement. Consultez votre médecin en cas de grossesse ou d'allaitement.

Ces pros peuvent vous aider