Calcul biliaire traitement naturel

Sommaire

Si la plupart des calculs biliaires, petites concrétions fabriquées par notre organisme, s'évacuent naturellement en toute discrétion, d'autres se manifestent douloureusement ! Il est possible, en adoptant des méthodes naturelles, de prévenir leur apparition ou de limiter les risques de récidive.

Calculs biliaires : origine et risques

Les calculs biliaires, ou lithiases biliaires, sont de petits amas qui se forment dans la vésicule biliaire :

  • La vésicule biliaire sert de lieu de stockage à la bile, ce liquide visqueux destiné à faciliter la digestion des graisses et produit par le foie.
  • Au moment de la digestion, une partie de la bile quitte la vésicule biliaire pour atteindre la première partie de l'intestin grêle. Elle emprunte pour cela un conduit, le canal cholédoque.
  • Les calculs de taille importante qui s'engagent dans le canal cholédoque risquent de l'obstruer, rendant impossible le passage de la bile. La taille de la vésicule biliaire augmente alors, et de vives douleurs apparaissent : c'est la crise de colique biliaire.
  • Les calculs biliaires peuvent également entraîner une pancréatite, inflammation du pancréas, en empêchant la libération des sucs pancréatiques.

Prévention des calculs biliaires par des traitements naturels

Pour prévenir la formation des calculs biliaires, des mesures d'hygiène de vie et des traitements naturels peuvent être envisagés.

Bon à savoir : lorsque des douleurs vives apparaissent sous les côtes droites, en présence de fièvre, d'une jaunisse, de nausées et de vomissements, il est impératif de consulter rapidement son médecin.

Activité physique et alimentation saine

Le mode de vie sédentaire et une alimentation trop riche en graisses et en sucres sont des facteurs de risque pour l'apparition des calculs biliaires. Il est donc conseillé :

  • de pratiquer une activité physique régulière : marche rapide, vélo, natation, etc. (à raison de trente minutes, au moins cinq fois par semaine) ;
  • de favoriser les fruits et légumes (intégrez notamment du radis noir, de la betterave crue ou encore de l’artichaut), les viandes maigres et d'éviter de consommer des aliments frits, de la margarine, de la viande rouge, de l'alcool ;
  • de limiter la consommation de sucres raffinés ;
  • de consommer de bonnes graisses, celles riches en acides gras essentiels qui contribuent au transport du cholestérol et stimulent la production et la sécrétion de bile : Intégrez de l’huile d’olive et des huiles riches en oméga-­3, comme l’huile de colza, de noix ou de lin, mais aussi des petits poissons gras comme les sardines, pour l’apport en EPA-­DHA.
  • de boire suffisamment d'eau (1,5 litre/jour) peu minéralisée entre les repas car l’un des principaux constituants de la bile est l’eau. En cas de déshydratation, la bile est plus concentrée et cela favorise la formation de calculs (attention c’est de l’eau qu’il faut boire : café, thé, infusions, jus de fruits et sodas n’hydratent pas).

Bon à savoir : le champignon shiitaké (lentinus edodes), originaire d'Asie, favorise l'excrétion de bile par la vésicule biliaire et prévient l'apparition de calculs.

Phytothérapie

La phytothérapie peut s'avérer utile pour limiter les risques de formation de ces concrétions, en stimulant certaines fonctions digestives. Elle fait appel à :

  • des plantes cholérétiques, qui stimulent la production de bile par le foie ;
  • des plantes cholagogues, qui facilitent son évacuation vers l'intestin.

En priorité, buvez chaque jour, pendant trois semaines, un litre de décoction d’aubier de tilleul sauvage du Roussillon (Tilia cordata sylvestris). C’est LA plante des calculs par excellence : elle stimule les fonctions dépuratives du foie, elle contient du phloroglucinol (principe actif du Spasfon®) qui a des propriétés antispasmodiques et elle augmente le flux biliaire. Pour préparer votre décoction, placez 40 g d’aubier coupé dans 1 litre d’eau froide. À couvert, laissez frémir 10 minutes, puis laissez infuser 10 minutes de plus et filtrez.

Bon à savoir : ces plantes ne doivent pas être prises au moment d'une crise de colique biliaire.

Il s'agit par exemple :

  • des feuilles du boldo (Peumus boldus), arbuste originaire du Chili ;
  • des feuilles d'artichaut (Cynara scolymus) ;
  • des graines du chardon-Marie (Silybum marianum) ;
  • des racines et feuilles de pissenlit (Taraxacum officinale) ;
  • des racines de curcuma (Curcuma longa) ;
  • des feuilles de menthe poivrée (Mentha piperita).

Bon à savoir : certaines de ces plantes sont très amères. Leur goût sous forme de tisane vous rebute ? Optez pour une prise sous forme de gélules !

Homéopathie

Pour soulager les douleurs provoquées par les calculs biliaires, plusieurs souches homéopathiques sont utilisées :

  • Colocynthis 6 CH ou 7 CH lorsque les symptômes s'atténuent lorsqu'on se penche en avant ;
  • Bryonia alba 6 CH ou 7 CH lorsque la douleur diminue en restant immobile ;
  • Dioscorea 5 CH, lorsque la douleur diminue à l'étirement.

En traitement de fond, il est possible d'utiliser Chelidonium majus.

Apprenez-en plus sur le foie grâce à nos contenus !

Ces pros peuvent vous aider