Syndrome de Koenig

Sommaire

Le syndrome de Koenig, ou König, est caractérisé par des douleurs très vives au niveau de l'abdomen, plus souvent appelé ventre. Survenant sous la forme de crises douloureuses, ce syndrome est lié à un dysfonctionnement au niveau de l'appareil digestif, et plus exactement au niveau de l'intestin grêle. Faisons le point sur ce syndrome.

Qu'est-ce que le syndrome de Koenig ?

Symptômes du syndrome de Koenig

Le syndrome de Koenig est caractérisé par l’apparition de douleurs abdominales intenses autour de l’ombilic, aussi appelé nombril. Se manifestant par des épisodes de crises, les douleurs sont de plus en plus vives et peuvent durer de quelques secondes à quelques minutes. Après une crise, la douleur s'arrête brutalement et peut être suivie d'un gargouillement abdominal, nommé borborygme, ainsi que d'émissions de gaz.

À savoir : le syndrome de Koenig ne doit pas être confondu avec la maladie de Koenig qui affecte les os et les cartilages.

Causes du syndrome de Koenig

Le syndrome de Koenig est dû à une obstruction de l’intestin grêle, qui fait suite à l'estomac et fait partie de l'appareil digestif. Cette obstruction provoque une diminution du calibre intestinal, c'est-à-dire qu'un obstacle rétrécit l'intestin grêle et empêche son bon fonctionnement. En réponse à ce trouble, l'intestin grêle se distend et augmente ainsi son volume pour permettre notamment le passage des aliments partiellement digérés par l'estomac.

Cette obstruction de l'intestin grêle peut être provoquée par certaines pathologies comme :

  • la maladie de Crohn, pathologie inflammatoire chronique du système digestif ;
  • certaines formes de la tuberculose, une maladie infectieuse ;
  • certaines tumeurs comme dans le cas de tumeurs carcinoïdes (tumeurs se développant dans les muqueuses digestives), de lymphomes (cancers du système lymphatique), ou encore de métastases (cancers secondaires se développant à distance des cellules cancéreuses d’origine) ;
  • lors d’iléus biliaire, c'est-à-dire d'une occlusion intestinale provoquée par des calculs biliaires, corps cristallins se formant dans les voies biliaires.

Le rétrécissement de l'intestin grêle peut également survenir suite à une radiothérapie, méthode utilisant des rayons X pour traiter certains cancers.

À noter : en raison des complications liées à un syndrome de Koenig, il est important de le diagnostiquer le plus tôt possible. En cas de doute, il convient de se rapprocher d'un professionnel de santé.

Lire l'article

Comment traiter le syndrome de Koenig ?

Diagnostic du syndrome de Koenig

Le syndrome de Koenig est diagnostiqué par un professionnel de santé grâce à un examen clinique par palpations. Cet examen permet d'identifier la survenue de contractions intestinales soutenues et d'un ballonnement abdominal, symptômes caractéristiques du syndrome de Koenig. Pour confirmer le diagnostic, le professionnel de santé pourra mettre en place d'autres examens complémentaires, comme un scanner.

Prise en charge du syndrome de Koenig

Le traitement du syndrome de Koenig dépend de la cause de son apparition et de l'état du patient. En fonction de la pathologie à l'origine de ce syndrome, différents traitements peuvent être prescrits comme :
  • des anti-inflammatoires, dans le cadre de la maladie de Crohn par exemple, mais aussi des immunosuppresseurs (la sulfasalazine est utilisée lors des crises mais aussi en prévention) ;
  • des antituberculeux lors d'une tuberculose avérée ;
  • des médicaments anticancéreux, comme une chimiothérapie dans le cadre de certaines tumeurs.

Dans certains cas les plus graves, une ablation chirurgicale peut être nécessaire, c'est-à-dire que la zone obstruée peut être retirée par chirurgie.

À noter : ces informations sont données à titre indicatif et ne constituent en aucun cas un diagnostic médical. En cas de doute, il convient de consulter un professionnel de santé.

Ces pros peuvent vous aider