Lithiase salivaire

Sommaire

Une lithiase salivaire correspond à l’obstruction du canal excréteur de salive par un calcul. Elle peut advenir à tout âge, plus fréquemment après 30 ans.

Le point dans notre article.

Définition de la lithiase salivaire

Les glandes salivaires, annexées à la cavité buccale, produisent environ un litre de salive par jour.

Bon à savoir : la salive possède un pH légèrement acide. Elle se compose essentiellement d’acides aminés (composés protéiques) et de sels minéraux. Sa sécrétion est réflexe, prandiale (pendant le repas).

On compte trois paires de glandes salivaires :

  • les glandes parotides : les plus grosses, situées en dessous et en avant des oreilles ;
  • les glandes sublinguales : sous la langue ;
  • les glandes submandibulaires : sous la mandibule (mâchoire).

Bon à savoir : la glande la plus souvent concernée par une lithiase est la glande submandibulaire.

Les calculs sont le plus souvent faits de sels de calcium.

L’origine des lithiases est méconnue, bien que le tabagisme et les antécédents familiaux et personnels lithiasiques soient souvent retrouvés.

Lithiase salivaire : les symptômes

La lithiase salivaire est le plus souvent découverte de manière fortuite, lors de la réalisation d’un panoramique dentaire par exemple, ou bien au cours d’une complication de type infectieuse.

Lire l'article

Une hernie salivaire, petite tuméfaction douloureuse de la glande, peut être visible au niveau de l’orifice salivaire. Elle s’accompagne d’une sensation de pesanteur et de tension. À la fin du repas, un jet de salive soulage la glande concernée qui reprend une taille normale.

Ces épisodes de tuméfaction récidivent de plus en plus souvent, rythmés par les repas. Nets au début de l’évolution, ces épisodes sont moins typiques avec le temps, la loge restant tendue même entre les repas.

La douleur intense précédant le jet de salive se nomme colique salivaire.

Les complications infectieuses sont bruyantes. Elles peuvent concerner :

  • le canal salivaire : sialodochite ;
  • le plancher buccal antérieur : périsialodochite ;
  • la glande : sialadénite.

Les symptômes sont les suivants :

  • douleur vive, irradiant vers l’oreille ;
  • fièvre souvent élevée ;
  • difficulté à avaler ou dysphagie ;
  • salivation intense ou hypersialorrhée ;
  • émission de pus à la pression digitale de la glande ;
  • plus rarement, trismus : contraction involontaire et prolongée des muscles de la mâchoire (rendant l'ouverture de la bouche impossible), concernant surtout la périsialodochite.

Il n’y a pas d’urgence à la prise en charge d’une lithiase salivaire. En revanche, en cas de négligence et en l’absence de traitement, l’infection peut gagner toute la région de la gorge et engager le pronostic vital.

Traitement d'une lithiase salivaire

Les examens d’imagerie permettent de poser le diagnostic et d’évaluer, le cas échéant, la gravité de l’infection.

Le principe du traitement est l’extraction du calcul, si possible sous anesthésie locale, sinon générale. En fonction de la taille du calcul, la technique employée est variable :

  • calcul ≤ 3 mm : sialendoscopie (endoscopie du canal salivaire) ;
  • calcul > 4 mm et < 8 mm : sialendoscopie ± lithotripsie ;

Bon à savoir : la lithotripsie correspond à une technique de fragmentation du calcul par des ondes de choc avant d’en évacuer les résidus.

  • calcul > 8 mm : petite chirurgie endobuccale.

Les antalgiques simples et antispasmodiques sont efficaces sur la colique salivaire. En cas d’infection, un traitement antibiotique est requis, souvent par amoxicilline ou macrolides.

Bon à savoir : Antibio'Malin est un espace en ligne qui a pour objectif d'améliorer la connaissance des infections courantes et des traitements antibiotiques et ainsi de prévenir le phénomène d'antibiorésistance.

La prise en charge d’une affection des glandes salivaires nécessite la consultation d’un chirurgien maxillo-facial ou stomatologue.

Ces pros peuvent vous aider