Éviter d’avoir des gaz

Sommaire

 

Les gaz, ou flatulences, sont fréquents chez certaines personnes et sont surtout liés à une alimentation favorisant les bactéries à l’origine de leur production.

Quoique bénins, ils sont souvent embarrassants et parfois douloureux. Il est donc bon de savoir comment éviter d’avoir des gaz.

1. Trouvez l’origine des gaz

La production de gaz intestinaux vient souvent de là où on ne l’attend pas. Ainsi, les gaz peuvent être dus à une ingestion d’air ayant pour origine, par exemple :

  • le fait de manger trop vite, sans suffisamment mâcher ;
  • le fait de manger et boire en même temps ;
  • le fait de manger et parler en même temps ;
  • le fait de boire à petites gorgées (surtout du chaud) ou à la bouteille ou encore avec une paille ;
  • une prothèse dentaire mal positionnée (faites-les vérifier) ;
  • un écoulement nasal dans l’arrière-gorge (s’il est chronique) ;
  • la consommation de tabac ;
  • l’anxiété et le stress (faites-vous aider par un sophrologue ou un hypnothérapeute, par exemple) ;
  • la sédentarité (faites quelques exercices doux de façon régulière ou tout simplement marchez, en particulier après les repas).

Les gaz peuvent également avoir pour origine des bactéries intestinales qui vont avoir tendance à proliférer en cas :

  • de consommation excessive de sucres qui entraînent une fermentation ;
  • de prise de certains antibiotiques, laxatifs, tranquillisants ou anticholestérolémiants ;
  • de certaines pathologies telles que le syndrome du côlon irritable.

Remarque : il est préférable de consulter un médecin si vous avez d’importantes douleurs, que vous souffrez en parallèle de constipation ou de diarrhée chronique ou si vous avez perdu brutalement beaucoup de poids.

2. Surveillez votre alimentation

Une des premières choses à faire pour éviter d’avoir des gaz est de surveiller son alimentation, afin de faire en sorte de limiter les aliments qui peuvent être à l’origine de leur apparition.

De façon générale, évitez :

  • les fruits tels que : pruneaux, pommes, poires, bananes, abricots, fruits secs ;
  • les légumes tels que : haricots blancs (flageolets) et rouges (et les féculents en général), lentilles, pois (petits pois et pois chiches), maïs, chou, laitue, carottes, betteraves, céleri, soja, artichauts, oignons ;
  • le pain blanc, les biscuits et les pâtes (le blé, en somme) ;
  • les céréales à grains entiers (son de blé et d’avoine) ;
  • les plats très gras ;
  • les produits laitiers (excepté les yaourts) ;
  • les boissons gazeuses ;
  • les chewing-gums (en particulier sans sucre) ;
  • certains édulcorants (sorbitol, xylitol, mannitol) et sucres (fructose, lactose).

Remarque : il reste néanmoins possible de manger des haricots sans avoir de gaz si on les met à tremper pendant au moins quatre heures, qu’on les rince abondamment et qu’on les met à cuire avec de l’eau froide.

L’idéal reste de ne pas supprimer complètement ces aliments, qui apportent des fibres importantes pour l’organisme, mais simplement de limiter leur consommation.

Vous pouvez en revanche manger sans restriction des protéines (œufs, viande blanche, poisson) et certains aliments susceptibles de neutraliser les gaz tels que l’ail et le gingembre (frais).

3. Prenez des compléments alimentaires contre les gaz

Parmi les compléments alimentaires les plus intéressants permettant de lutter contre les gaz, citons :

  • les probiotiques (par exemple le Lactospectrum® des laboratoires Le Stum), un sachet tous les matins pendant trois semaines ;
  • le chlorure de magnésium, un verre par jour jusqu’à amélioration des symptômes ;
  • le charbon végétal à raison de 2 à 4 comprimés par jour ;
  • l’argile verte en poudre ventilée à raison d’une cuillerée à café (utiliser une cuillère en bois) dans un demi-verre d’eau ayant reposé plusieurs heures (boire l’eau qui surnage) le matin à jeun ou le soir.
Consulter la fiche pratique
Consulter la fiche pratique

Remarque : le charbon végétal et l’argile absorbent les substances, il est donc déconseillé de les utiliser en même temps qu’un traitement médicamenteux sous peine de le rendre inefficace.

Par ailleurs, plusieurs médicaments existent pour soulager les gaz intestinaux (par exemple Débridat®), mais ils doivent faire l’objet d’une prescription médicale. N’hésitez pas à consulter votre médecin au besoin.

Attention ! Les médicaments contenant de la trimébutine (Debridat, génériques) sont désormais contre-indiqués chez les enfants de moins de 2 ans en raison d'un rapport bénéfice/risque défavorable, avec des effets indésirables graves et une absence de preuves d’efficacité.

4. Luttez contre les gaz intestinaux avec l'homéopathie

Le remède homéopathique le plus souvent indiqué en cas de gaz intestinaux est celui qui correspond au charbon : Carbo vegetalis.

On le prendra en 5 CH à raison de 3 granules, un quart d’heure avant de manger.

Consulter la fiche pratique

Pour les cas plus graves tels que par exemple des flatulences accompagnées de coliques et de violents spasmes intestinaux, notamment chez les enfants, prendre Jalapa en 5 ou en 9 CH.

5. Utilisez des remèdes de grands-mères contre les gaz

Il existe quelques préparations simples pouvant aider à soulager les gaz intestinaux.

  • Mélangez un jus de citron fraîchement pressé à un demi-verre d’eau et buvez ce jus le matin à jeun.
  • Mélangez une cuillère à café de zestes de gingembre frais avec une cuillerée à café de jus de citron vert fraîchement pressé et 15 cl d’eau et buvez.
  • Réalisez une infusion de mélisse en mélangeant une pincée de feuilles dans une tasse d’eau bouillante. Laissez infuser une dizaine de minutes, filtrez et buvez.
  • Utilisez de l’huile essentielle d’Angélique : deux gouttes en massage sur l’abdomen.
  • Réalisez une préparation dans un flacon de 15 ml avec 30 gouttes d’HE de cardamome, 15 gouttes d’HE de menthe poivrée et complétez avec de l’huile de macadamia ou d’abricot. Utilisez ce mélange à raison de 15 gouttes sur l’abdomen deux à trois fois par jour pendant 4 à 5 jours.
  • Vous pouvez aussi utiliser l’huile essentielle de basilic tropical à raison d’une goutte sur un comprimé neutre après le repas (en usage ponctuel) ou en externe en massage sur le ventre, dans le sens des aiguilles d’une montre, à raison de quatre gouttes diluées dans une cuillère à soupe d’huile végétale de nigelle. Vous pouvez, si vous le souhaitez, rajouter une goutte d’HE de lavande fine à ce mélange.
Consulter la fiche pratique

 

Ces pros peuvent vous aider