Comment soigner l'escherichia coli

Sommaire

Dans vos intestins, vivent beaucoup de souches d'escherichia coli. Cette symbiose de la flore bactérienne intestinale est nécessaire à votre équilibre digestif. Il existe cependant des souches d'E.coli pathogènes et particulièrement offensives, célèbres microbes responsables d'intoxications alimentaires. Les diarrhées abondantes qu'elles entraînent peuvent être sanglantes et les toxines qu'elles sécrètent débouchent parfois sur des complications potentiellement graves. Pour soigner l'escherichia coli, la consultation médicale est nécessaire. Chez vous, la vigilance est de mise et la réhydratation est la base du traitement. Découvrez comment soigner l'escherichia coli.

1. Reconnaissez les souches d'escherichia coli

Plusieurs souches d'escherichia coli sont pathogènes, c'est-à-dire nocives pour le fonctionnement intestinal.

Les souches pathogènes chez l'enfant et le voyageur

Certaines se développent surtout chez les enfants ou les voyageurs :

  • Les escherichia coli sécrétrices d'entérotoxine ou ETEC : les enfants dans les pays en développement sont très touchés par ces bactéries pathogènes qui sécrètent une toxine. Les touristes attrapent aussi la diarrhée du voyageur ou tourista lorsqu'ils sont exposés à l'ETEC.
  • Les escherichia coli entéropathogènes ou EPEC : elles engendrent des diarrhées principalement chez les enfants de moins de 2 ans en altérant la structure des cellules intestinales.

Les souches qui touchent plus volontiers les adultes

  • Les escherichia coli entérohémorragiques ou EHEC : elles font l'objet de célèbres épidémies suite à des intoxications alimentaires. La contamination de steaks hachés leur a valu le surnom de maladie des hamburgers. La diarrhée induite est rapidement sanglante mais non purulente et sans fièvre.
  • Les escherichia coli entéroinvasives ou EIEC : beaucoup moins fréquentes, elles provoquent une forte inflammation de l'intestin, et des diarrhées rapidement sanglantes et purulentes, avec fièvre.

Important : vous pouvez développer un syndrome hémolytique et urémique (SHU) à la suite d'une infection par escherichia coli entérohémorragiques (EHEC). C'est une complication grave, surtout chez le jeune enfant et la personne âgée. Elle associe une destruction des globules rouges, une diminution des plaquettes du sang, et une atteinte des reins. L'hospitalisation est nécessaire.

Consultez un médecin

Vous devez consulter un médecin :

  • Devant toute suspicion d'intoxication alimentaire, ou devant toute diarrhée importante survenant pendant ou après un voyage.
  • Si la personne touchée est une personne âgée et faible, ou un enfant en bas âge.
  • Si les diarrhées sont sanglantes ou glaireuses.
  • Si la fièvre est importante, et si les symptômes ne régressent pas au bout de 24 h.

Important : une infection intestinale par des escherichia coli pathogènes nécessite donc que vous consultiez dans tous les cas. Si cette fiche pratique vous permet de compléter ou de comprendre les conseils des professionnels de santé, conformez-vous à leurs prescriptions.

2. Adaptez votre régime alimentaire pour soigner l'escherichia coli

Contre les diarrhées induites par escherichia coli, une alimentation adaptée est votre premier remède. Suivez ces conseils tout au long de l'épisode infectieux, et continuez 2 jours après la rémission. 

Réhydratez-vous

Les diarrhées profuses font perdre parfois de grandes quantités d'eau et de minéraux à votre corps. Il est crucial de compenser cette perte de façon régulière. S'il vous est impossible dans un premier temps d'absorber de grandes quantités d'eau, buvez de petites gorgées très souvent.

L'apport hydrique d'1,5 litre est un minimum en cas de diarrhées. Les boissons gazéifiées au cola sont un faux ami : elles vous apportent trop de sucres et ne contiennent pas assez d'électrolytes (minéraux). Préférez les solutés de réhydratation vendus en pharmacie. Diluez un sachet pour 200 ml d'eau et buvez régulièrement.

Consommez des aliments qui ralentissent le transit

Contre les épisodes éprouvants de diarrhées, il est important que vous conserviez de l'énergie. Si vous n'arrivez pas à faire des repas complets, mangez par petites quantités tout au long de la journée. Privilégiez :

  • Les féculents raffinés : pâtes, riz et pain blancs (non complets).
  • Les légumes cuits : les carottes et les pommes de terre sont à favoriser.
  • Les bananes mûres, pommes cuites, compotes de pomme-coing.
  • Les viandes maigres en ayant retiré la peau : les viandes de volailles sont très adaptées.
  • Les poissons maigres : colin, cabillaud, limande.

Fuyez les aliments accélérateurs du transit et les irritants

Pour ne pas accentuer les épisodes de diarrhées et l'irritation de la muqueuse intestinale, laissez ces aliments de côté :

  • Les féculents complets : pâtes, riz et pain complets.
  • Les légumes et fruits non pelés et crus, les fruits secs.
  • Les aliments gras : chocolat, viennoiseries, pâtisseries, glaces, viandes et poissons gras.
  • Les laitages : fromages, yaourts, lait, crème.
  • Les aliments irritants : épices, café, thé, alcool et aliments trop froids ou trop chauds.

3. Soignez l'escherichia coli avec les bons médicaments

Certains médicaments sont à proscrire.

Les médicaments interdits pour soigner E.coli

« Les antibiotiques, c'est pas automatique » : ce slogan bien connu de l'Assurance maladie résume à lui seul la prise en charge de l'infection intestinale par escherichia coli EHEC (entérohémorragique) et EIEC (entéroinvasive). Bien qu'il s'agisse ici d'une bactérie (colibacille), l'usage d'antibiotiques pour la tuer serait délétère. En détruisant E.coli, l'antibiotique entraînerait la libération de toxines (shiga-toxines) dans vos intestins et accentuerait les diarrhées et les risques de syndrome hémolytique et urémique (SHU).

Bon à savoir : Antibio'Malin est un espace en ligne qui a pour objectif d'améliorer la connaissance des infections courantes et des traitements antibiotiques et ainsi de prévenir le phénomène d'antibiorésistance.

Les anti-diarrhéiques ralentisseurs du transit intestinal, à base de lopéramide, sont à oublier. Ils vous empêchent d'éliminer les bactéries et leurs toxines et ne feraient que renforcer l'infection bactérienne.

Les médicaments utiles pour soigner E.coli

Les anti-diarrhéiques contenant du racécadotril ne ralentissent pas le transit et vous permettent d'éliminer naturellement les bactéries et leurs toxines. Ils évitent aux parois intestinales de sécréter trop d'eau et de minéraux. Vous pouvez les utiliser pour soigner l'escherichia coli.

La diosmectite est conditionnée en sachet de poudre, sous la forme d'un médicament prêt à l'emploi. C'est une argile blanche qui forme une barrière protectrice en se déposant sur les muqueuses intestinales. Cependant, les argiles modifient l’aspect des selles sans agir sur les pertes liquidiennes et le risque de déshydratation.

Attention toutefois, par mesure de précaution, l'ANSM demande de ne plus utiliser les antidiarrhéiques à base d'argiles extraites du sol comme le Smecta® (diosmeticte), le Rennieliquo® (hydrotalcite), le Bedelix® (monmectite) ou le kaolin chez l'enfant de moins de 2 ans, et ce « en raison de la possible présence d'infime quantité de plomb, même si le traitement est de courte durée ». Les femmes enceintes et allaitantes sont également concernées.

Conseil : espacez au moins de 2 heures les prises de diosmectite des autres prises médicamenteuses.

4. Soignez l'escherichia coli avec des compléments alimentaires

Vous pouvez compléter le traitement avec des compléments alimentaires.

Utilisez l'argile verte

L'argile verte peut vous aider à combattre la diarrhée. Classée dans les compléments alimentaires, elle fonctionne comme le médicament à base de diosmectite. Vous pouvez opter pour :

  • la poudre ultra-ventilée qui peut être diluée, dans un demi-verre d'eau, à raison d'une cuillère à café ;
  • des compléments alimentaires en gélules.

Utilisez le charbon actif

Bien que d'action modérée, le charbon actif possède un pouvoir constipant. En outre, il est connu pour fixer  les toxines. Plus facile à absorber, préférez le charbon actif sous la forme de gélules ou de capsules.

Conseil : espacez au moins de 2 heures les prises d'argile et de charbon actif des autres prises médicamenteuses. Ces deux compléments diminuent l'absorption intestinale des autres molécules.

Profitez du pouvoir des probiotiques

Les probiotiques, constitués de bonnes bactéries, permettent de reconstituer la flore intestinale mise à mal par l'escherichia coli. De nombreux probiotiques sont vendus en pharmacie, et contiennent des souches de Lactobacillus, de Saccharomyces ou encore de Bifidobacterium. Afin de nourrir vos bonnes bactéries, certains compléments alimentaires contiennent aussi des sucres spécifiques appelés prébiotiques.

Bon à savoir : dans le cadre spécifique de la lutte contre une bactérie telles que l’Escherichia coli on peut conseiller Candiliance Gold (laboratoires Therascience) ou Prolactik sachets (Oligosanté).

Certaines huiles essentielles (HE) semblent également agir comme des probiotiques en permettant un rééquilibre de la flore intestinale. Vous pouvez utiliser les HE d'orange douce, de lavande fine, d'origan ou de géranium bourbon en mélangeant quelques gouttes à de l'huile végétale d'amande douce et en appliquant en massage dans le sens des aiguilles d'une montre une à deux fois par jour.

Pour lutter plus spécifiquement contre l’E. Coli, mélangez dans un flacon de 10 ml :

  • 50 gouttes d’HE de coriandre (antibactérienne) ;
  • 50 gouttes d’HE de girofle boutons floraux ;
  • 50 gouttes d’HE de menthe poivrée (inhibitrice de la communication des bactéries entre elles).

Prenez deux gouttes de cette préparation et déposez-les dans une cuillerée à soupe d’huile d’olive à prendre trois fois par jour au moment des repas pendant 3 à 5 jours.

Vous pouvez commencer la cure de probiotiques pendant l'infection et la poursuivre plusieurs semaines après afin de consolider la flore intestinale.

À retenir : rien ne remplace l’alimenta­tion qui permet de reconstituer durablement son microbiote (celle-ci doit comporter des céréales complètes, des légumineuses et une grande variété de légumes riches en prébiotiques).

5. Soignez l'escherichia coli avec l'homéopathie

Vous pouvez compléter le traitement d'escherichia coli avec l'homéopathie.

Sélectionnez les tubes granules

Pour soigner l'escherichia coli, l'homéopathie peut venir compléter le traitement et la réhydratation. À distance des repas et tant que les symptômes persistent, laissez fondre dans votre bouche 4 à 6 fois par jour, 5 granules :

  • d'Aloe composé ;
  • d'Arsenicum album 9CH.

Utilisez des médicaments prêts à l'emploi

Disponibles en pharmacie, des médicaments homéopathiques prêts à l'emploi mélangent plusieurs souches. On trouve des comprimés à laisser fondre dans la bouche. Ils se composent de :

  • Arsenicum album 9CH ;
  • China rubra 5CH ;
  • Podophyllum peltatum 9CH.

Une autre forme médicamenteuse, en solution buvable, se compose de :

  • China rubra 3DH ;
  • Arsenicum album 6DH ;
  • Bryonia 4DH ;
  • Nux vomica 4DH ;
  • Mercurius corrosivus 6DH ;
  • Chamomilla vulgaris 2 DH ;
  • Colocynthis 4DH ;
  • Ipeca 4DH ;
  • Belladonna 3DH ;
  • Potentilla arsenica 1DH.

Ces pros peuvent vous aider