Escherichia coli

Sommaire

Escherichia coli est  une bactérie responsable d'intoxications alimentaires collectives ou d'infections urinaires. Dans la majorité des cas, ces infections guérissent en quelques jours. Le point maintenant.

Escherichia coli : définition

Escherichia coli est une bactérie normalement présente dans le tube digestif de l’homme et des animaux à sang chaud.

La plupart des souches d’Escherichia coli sont inoffensives et participent physiologiquement à l’équilibre de la flore bactérienne intestinale. Mais, d’autres souches peuvent être à l’origine de 2 types d’infections :

  • infections digestives (intoxications alimentaires graves) ;
  • infections urinaires, touchant le plus souvent les femmes.

Bon à savoir : plus rarement, cette bactérie peut être responsable de méningites chez le nouveau-né ou de septicémies.

Causes de l'Escherichia coli

L’infection digestive à Escherichia coli chez l’homme est liée à une contamination par voie oro-fécale (ingestion d’aliments souillés).

Les aliments pourvoyeurs de l’infection sont :

  • la viande contaminée (mangée crue ou pas assez cuite) ;
  • les fruits et légumes nettoyés avec une eau souillée, ;
  • le lait cru et les produits laitiers crus non pasteurisés (y compris les fromages au lait cru).

L'infection digestive à Escherichia coli peut être également provoquée par le contact avec les matières fécales (excréments) de personnes infectées ou par le contact avec des bovins ou d'autres animaux de ferme.

L’infection urinaire est liée à une mauvaise hydratation et à la proximité anatomique de l’anus avec les voies urinaires (urètre) chez la femme.

Symptômes de l'Escherichia coli

Infection digestive

Après une incubation de quelques jours, l’infection digestive à Escherichia coli se traduit par une diarrhée parfois sanglante associée à des vomissements, des douleurs abdominales et de la fièvre. Une déshydratation pouvant être grave pour le patient peut compléter ces signes cliniques.

Une souche particulière d’Escherichia coli (Escherichia coli entéro-pathogène) est responsable de graves infections d’origine alimentaire. Elle se traduit par la présence de sang dans les selles et guérit habituellement spontanément en une dizaine de jours.

Remarque : rarement, cette infection évolue vers une maladie grave appelée « syndrome hémolytique et urémique » (SHU), responsable de décès chez l’enfant ou le sujet âgé. Le SHU associe une insuffisance rénale aiguë, une anémie et une diminution des plaquettes sanguines.

Infection urinaire

Une infection urinaire à Escherichia coli se traduit par une douleur du bas du ventre, des brûlures au moment de la miction, une envie fréquente d’uriner et la présence de sang dans les urines.

Traitement curatif des infections causées par Escherichia coli

Infection intestinale

En cas d'infection intestinale, un traitement antibiotique peut être éventuellement prescrit. Vous pouvez en apprendre davantage en vous rendant sur l'espace en ligne Antibio'Malin qui a pour objectif d'améliorer la connaissance des infections courantes et des traitements antibiotiques et ainsi de prévenir le phénomène d'antibiorésistance (« la consommation d'antibiotiques en France demeure 30 % supérieure à la moyenne européenne », indique Santé publique France).

Attention : il est très important de corriger la déshydratation liée aux vomissements et à la diarrhée, surtout chez les personnes les plus vulnérables (nourrisson, sujet âgé).

En dehors des cas graves causées par Escherichia coli entéro-hémorragique, l’infection guérit habituellement en quelques jours.

Consulter la fiche pratique

Infection urinaire

Une infection urinaire causée par Escherichia coli se traite par un traitement antibiotique adapté.

Escherichia coli et antibiotiques

Après une hausse continue entre 2012 et 2015, la résistance des Escherichia coli aux céphalosporines de 3e génération (antibiotiques) est en baisse en France selon les données publiées fin 2019 par Santé publique France. Cet élément est important car Escherichia coli est la bactérie la plus fréquemment isolée en laboratoire de ville (9 bactéries sur 10) et qu'elle constitue donc c'est un marqueur très important de l'évolution de l'antibiorésistance.

En ville, la résistance aux fluoroquinolones chez les E. coli concernait 11 % des souches en 2018, un taux stable depuis 2012. En EHPAD, après un taux catastrophique de 26 % observé en 2015, la résistance aux fluoroquinolones a atteint 18,7 % en 2018.

Remarque : Santé publique France a estimé le poids des infections à bactéries multirésistantes en santé humaine en France à environ 158 000 infections et 12 500 décès.

L'aromathérapie face à l'E.coli

Certaines huiles essentielles (HE) peuvent se révéler très efficaces contre les infections dues à l'Escherichia coli. Les HE de menthe poivrée, de mélisse et de coriandre sont les plus intéressantes et elles sont même plus puissantes que le Rifaximine qui est l'antibiotique de référence.

Il est ainsi possible de réaliser une préparation à base d'HE pour profiter de leur synergie afin de soigner une infection intestinale à E. coli. Mélangez, dans un flacon de 10 ml, 50 gouttes d'huiles essentielles de :

  • coriandre (antibactérienne) ;
  • girofle (inhibitrice de la formation du biofilm très inflammatoire que développe l'E. coli au niveau intestinal) ;
  • menthe poivrée (hépatoprotectrice et inhibitrice du système de détection du quorum qui permet la communication des bactéries entre elles).

Prendre deux gouttes de cette préparation dans une cuillerée à soupe d'huile d'olive trois fois par jour au moment des repas. Renouveler pendant 3 à 5 jours.

Attention : les huiles essentielles sont contre-indiquées chez la femme enceinte ou allaitante, la personne épileptique ou asthmatique ainsi que chez les jeunes enfants et les personnes âgées sous traitement médicamenteux (évitez également en cas de maladies féminines hormonales). De plus, cette synergie et dermocaustique et agressive pour les yeux et peut même se révéler neurotoxique à forte dose ou en cas d'usage prolongé.

Traitement préventif

Pour les intoxications alimentaires :

  • bien se laver les mains avant de cuisiner et de manger,
  • bien laver les fruits, les légumes et les ustensiles de cuisine avec une eau non souillée, 
  • manger les légumes de préférence cuits à plus de 70° C.

Pour les infections urinaires, il est surtout recommandé :

  • de boire au moins 1,5 litres d'eau par jour ;
  • d’uriner après tout rapport sexuel (évacuation des bactéries présents dans l’urètre) ;
  • pour les femmes de s’essuyer d’avant en arrière après la selle.

Pour en savoir plus :

  • Près de la moitié de la population mondiale est porteuse de la bactérie Helicobacter pylori, nichée dans l'estomac et parfois responsable d'un douloureux ulcère gastro-duodénal.
  • Les angines bactériennes sont moins fréquentes, mais plus graves que les angines virales, et elles ne doivent pas être négligées.
  • On confond souvent la cellulite infectieuse avec les autres cellulites, comme la cellulite aqueuse, la cellulite adipeuse ou la cellulite fibreuse. Sachez faire la différence.

Ces pros peuvent vous aider