Helicobacter pylori traitement naturel

Sommaire

Près de la moitié de la population mondiale est porteuse de la bactérie Helicobacter pylori, nichée dans l'estomac. Discrète dans la plupart des cas, elle est parfois responsable d'un douloureux ulcère gastro-duodénal, voire de cancer.

On fait le point.

Helicobacter pylori : définition et risques

Une bactérie dans l'estomac

Helicobacter pylori est une bactérie capable de se développer dans l'estomac, malgré l'acidité du milieu :

  • Elle se rencontre uniquement chez l'espèce humaine.
  • Cette infection est très répandue, elle touche de 25 à 30 % de la population dans les pays industrialisés, 80 à 90 % dans les pays en développement.
  • La contamination se produit généralement pendant l'enfance.

Il est conseillé de rechercher la présence éventuelle d'Helicobacter pylori dans les cas suivants :

  • antécédent familial de cancer gastrique ;
  • dyspepsie avec une gastroscopie normale ;
  • anémie ferriprive ou carence en vitamine B12 sans cause retrouvée ;
  • lymphome gastrique de type MALT ;
  • avant une intervention bariatrique ou un purpura thrombopénique.

Bon à savoir : les scientifiques australiens à l'origine de la découverte de la bactérie, Barry Marshall et Robin Warren, ont été récompensés par le prix Nobel de médecine en 2005.

Inflammation chronique de l'estomac à l'origine d'ulcères et de cancers

La présence de la bactérie conduit à une augmentation de la production d'acide gastrique. De plus, Helicobacter pylori sécrète une toxine qui s'attaque à la muqueuse présente sur les parois de l'estomac.

Il en résulte ainsi une inflammation chronique de l'estomac, la gastrite. Chez certaines personnes, elle est silencieuse : elle ne se traduit par aucun symptôme.

La présence de la bactérie peut également entraîner à :

  • la survenue d'ulcères au niveau de l'estomac ou du duodénum, la première portion de l'intestin grêle ;
  • chez une petite partie de la population infectée, l'apparition de cancers de l'estomac (adénocarcinome ou, plus rarement, lymphome de Malt).

Traitement allopathique contre Helicobacter pylori

Le traitement classique contre la bactérie consiste en une trithérapie, associant :

S'il est efficace dans 70 % des cas, il doit parfois, en raison de résistances développées par la bactérie (notamment à la clarithromycine), être suivi d'un second traitement. Attention, la prise d'IPP augmenterait le risque de cancer de l’estomac, en particulier chez les patients infectés par Helicobacter pylori mais elle pourrait également, selon une étude parue dans Nature Communications, aller jusqu'à tripler les réactions allergiques nécessitant un traitement.

En l'absence d'étude de la sensibilité aux antibiotiques, le traitement probabiliste fait appel à une quadrithérapie associant un IPP à 3 antibiotiques.

À noter : la contamination par la bactérie est mise en évidence par un test respiratoire qui permet de déceler la présence d'uréase, enzyme typique qui témoigne de sa présence.

Traitements naturels complémentaires contre Helicobacter pylori

Certains produits naturels semblent efficaces pour lutter contre Helicobacter pylori. Ils peuvent être pris en prévention ou en complément du traitement classique pour optimiser les chances de guérison et atténuer ses effets secondaires.

Huiles essentielles

Les huiles essentielles peuvent contribuer à lutter contre la bactérie grâce à différentes actions :

  • antibactérienne : arbre à thé (Melaleuca alternifolia), clou de girofle (Eugenia caryophyllata), origan compact (Origanum compactum), thym (Thymus vulgaris CT thymol), eucalyptus (Eucalyptus globulus), etc. ;
  • anti-inflammatoire : camomille allemande (Matricaria recutita), gingembre (Zingiber officinalis) éventuellement associé à de la propolis, cannelier de Ceylan (Cinnamomum zeylanicum), etc. ;
  • cicatrisante : fenouil (Foeniculum vulgare) ou sauge (Salvia officinalis).

Phytothérapie

La phytothérapie peut également contribuer à améliorer les troubles causés par la bactérie. Les plantes qui inhibent son développement sont par exemple :

  • la réglisse ;
  • des épices ou mélanges d'épices : le curcuma, le cumin, le gingembre, le chili, le carvi noir ;
  • la bourrache ;
  • l'origan ;
  • une variété de pistachier, le mastic (Pistacia lentiscus), etc.

Bon à savoir : la propolis possède des propriétés antibiotiques (entre autres) qui la rendent efficace contre l'Hp. Pour en bénéficier, mâchez ou sucez de la propolis brute (sous forme de gomme à mâcher) plusieurs fois par jour.

Vitamine C

Des tests en laboratoire et des essais sur l'animal ont mis en évidence la capacité de la vitamine C à entraver le développement de la bactérie. Chez l'homme, une étude a montré que les personnes présentant un taux élevé de vitamine C dans leur organisme étaient moins sujettes à la contamination par la bactérie.

La consommation d'aliments riches en vitamine C (poivrons, kiwi, fruits rouges, etc.) pourrait ainsi assurer une protection contre cette bactérie.

Bon à savoir : le brocoli, ainsi que l'ensemble des choux, seraient des aliments protecteurs particulièrement efficaces grâce à leur richesse en vitamine C, conjuguée à la présence de composés particuliers, les sulforaphanes (les graines germées de brocoli, quand elles ont trois jours, ont un taux de sulforaphane de 20 à 50 fois plus élevé que le brocoli adulte).

Dans le même ordre d'idée, vous pouvez également utiliser de l'argent colloïdal qui va lui aussi empêcher de développer de l'H. pylori. Il s'utilise à raison d'une cuillerée à soupe une heure après le repas.

Probiotiques

Les probiotiques, ces micro-organismes bénéfiques pour notre santé, ont montré leur capacité à renforcer l'efficacité des traitements antibiotiques contre les ulcères. De plus, ils permettent de limiter les effets indésirables de ces traitements, notamment les troubles intestinaux. Certains sont spécifiquement destinés à lutter contre l'Helicobacter pylori à l'image de Prolactik HP (laboratoires Oligosanté) ou Probiotiques HPY (laboratoires Copmed).

Pour approfondir le sujet :

Ces pros peuvent vous aider