Aérocolie

Sommaire

Sous ce nom à l'accent poétique, se cache un des nombreux troubles, dont notre deuxième cerveau, l'intestin, peut être le siège.

Souvent populairement traduit par « gaz » ou « ballonnements », l'aérocolie, bien que bénigne, peut être fortement handicapante. Faisons le point ensemble.

Aérocolie : différents symptômes

Les maux de ventre ou inconforts intestinaux sont régulièrement observés ponctuellement par chacun au cours de la vie (gastroentérite, transit paresseux, etc.).

L'aérocolie qui consiste en l'augmentation de volume du colon dû à la présence de gaz en grande quantité peut s'installer et devenir un trouble chronique aux symptômes gênants comme :

  • des sensations de ballonnements de l’estomac ;
  • un ventre anormalement gonflé ;
  • des spasmes intestinaux ;
  • des éructations.

L'ensemble de ce tableau complété par un fort besoin d'évacuer les gaz de l'intestin sous forme de vents s'appelle ainsi « aérocolie » qui signifie littéralement « air dans le colon ».

Bon à savoir : on parlera dans le milieu médical également d'aérophagie qui recouvre également des sensations de ballonnements ou de ventre gonflé à des niveaux différents du système digestif (plus haut vers l'estomac pour l'aérophagie).

Quelles sont les causes de l'aérocolie ?

L'aérocolie est un phénomène assez courant, qui peut avoir tendance à se chroniciser en fonction notamment de raisons spécifiques comme :

  • l'alimentation ;
  • un déséquilibre nerveux (stress, problèmes émotionnels, etc.) ;
  • la prise de certains médicaments (tranquillisants, anxiolytiques...) ;
  • le tabac ;
  • la consommation excessive de chewing-gums.

C'est l'alimentation qui en premier lieu est la cause de la survenue d'une aérocolie. Il conviendra de faire attention par exemple à réduire son apport en :

  • fromages gras et fermentés (type persillés comme le roquefort) ;
  • légumes secs ;
  • certaines crudités comme l'oignon ou l'ail (FODMAP) ;
  • l'artichaut, tous les légumes de la famille des choux (brocolis, chou vert), les poireaux, échalotes ;
  • les graisses comme la crème, la chantilly, les plats en sauces ;
  • toutes sortes de fritures, pizzas, nourriture industrielle ;
  • les fruits type melons, prunes, pruneaux, figues ;
  • le pain blanc raffiné et par extension tous les pains aux céréales raffinées (riches en glucides et en gluten).

Bon à savoir : le terme « FODMAP » est un acronyme pour désigner un groupe de glucides à chaîne courte présents dans certains aliments et qui sont faiblement métabolisés procurant ainsi des substances servant à nourrir les bactéries de l’intestin. Ces aliments sont dits « fermentescibles » c'est-à-dire que leur longue fermentation est la cause principale des troubles du colon : aérocolie, intestin irritable, etc.

Traitement de l'aérocolie

Il n'existe pas à proprement parler de recette miracle ou de traitement pour combattre les désagréments d'une aérocolie. La prophylaxie reposera essentiellement sur une meilleure hygiène de vie.

Un équilibre alimentaire spécifique limitera les apports en « aliments-cibles » de l'aérocolie. On privilégiera certains types d'aliments tels que :

  • les carottes, épinards, salades, purées, bananes (on les choisira mûres car plus digestes) ;
  • les produits laitiers sans lactose type kéfir, lait d'amande, d'épeautre, de riz, etc. ;
  • les fromages maigres type gouda, mozzarella, fromages frais (ricotta).

Il faut également opter pour de bonnes habitudes de repas :

  • manger à heure fixe si possible ;
  • bien mastiquer pour favoriser la digestion et limiter la fermentation au niveau du colon ;
  • mâcher la bouche fermée pour limiter l'apport en air ;
  • ne pas trop boire pendant les repas mais plutôt entre deux.

Une activité sportive régulière permettra de muscler la ceinture abdominale et de faciliter la digestion.

Si les symptômes persistent et deviennent trop fréquents, un traitement parallèle pourra être mis en place à base de :

Vous pouvez utiliser les huiles essentielles (HE) car nombre d'entre elles sont efficaces en cas d’aérocolie. C’est par exemple le cas des HE de menthe poivrée, de coriandre, de cardamome, de carvi, de basilic tropical ou français… Vous pouvez par exemple réaliser une préparation en mélangeant dans un flacon de 15 ml : 30 gouttes d’HE de cardamome, 15 gouttes d’HE de menthe poivrée et compléter avec de l’huile de macadamia ou de noyau d'abricot. Utilisez ce mélange à raison de 15 gouttes sur l’abdomen deux à trois fois par jour pendant 5 jours (à renouveler en cas de besoin).

Autre option, prendre une goutte d'huile essentielle de basilic tropical sur un comprimé neutre après le repas (en usage ponctuel) ou réaliser un massage sur le ventre, dans le sens des aiguilles d’une montre, à raison de quatre gouttes diluées dans une cuillère à soupe d’huile végétale de nigelle auxquelles on peut rajouter une goutte d'huile essentielle de lavande fine.

Si les symptômes s’aggravent ou deviennent très handicapants, n'hésitez pas à consulter votre médecin afin qu'il vous prescrive si besoin des examens complémentaires.

Ces pros peuvent vous aider