Dysenterie

Sommaire

Vous passez votre journée aux toilettes ? Vous ne pouvez rien avaler et vous avez mal au ventre ? Vous êtes peut-être atteint de dysenterie. Appelée aussi gastro-entérite ou simplement diarrhée aiguë, voici nos pistes pour éviter ou mieux vivre ce moment difficile.

Symptômes de la dysenterie

La dysenterie est une inflammation du côlon ou de l'intestin grêle, souvent d'apparition brutale, qui est généralement réversible en quelques jours.

Elle sa caractérise par :

  • une diarrhée fréquente,
  • des selles sanguinolentes,
  • la présence de mucus dans les selles,
  • des douleurs abdominales,
  • des sensations de faux besoins,
  • une fièvre,
  • des vomissements.

Les bactéries responsables de la dysenterie créent des lésions de la paroi intestinale et bloquent sa fonction de réabsorption de l'eau contenue dans les selles.

Il existe ainsi un fort risque de déshydratation pouvant mener à une altération de l'état général.

Bon à savoir : les cas relativement peu intenses de dysenterie peuvent durer de 4 à 8 jours tandis que les cas plus graves peuvent durer de 3 à 6 semaines.

Causes de la dysenterie

La dysenterie est causée par deux principales formes d'infection :

  • La dysenterie bacillaire ou dysenterie bactérienne : appelée shigellose, elle est causée par l’un des divers types de la bactérie Shigella. C'est la cause la plus fréquente de dysenterie.
  • La dysenterie amibienne : appelée aussi amibiase, elle est causée par l'amibe Entamoeba histolytica, un parasite protozoaire microscopique. L'amibe est peu courante, sauf dans les régions tropicales où sa prévalence est très élevée.

Chacune des deux infections sont transmises soit par voie féca-orale, soit par ingestion d'eau souillée ou de légumes mal lavés contenant des micro-excréments.

Bon à savoir : dans la plupart des cas, l'amibiase ne provoque aucun symptôme. Seulement 10 % des personnes infectées développent une dysenterie.

Dysenterie : diagnostic et traitement

Le traitement de la dysenterie repose en première intention sur :

  • des antibiotiques pour les formes bactériennes les plus graves,
  • une réhydratation (absorption de riz, carottes cuites et eau) voire une réhydratation prolongée à l'hôpital,
  • une coproculture (afin d’identifier le germe responsable).

En amont de l'infection, on veillera à respecter une prophylaxie particulière surtout lors de voyages en pays tropicaux. Il conviendra de faire attention :

  • aux mesures sanitaires,
  • à l'apprentissage de l’hygiène,
  • à l'aménagement de latrines (surtout dans les pays du sud) et à leur hygiène,
  • au contrôle des mouches (et du dépôt de leurs excréments) à l'aide de répulsifs,
  • à l'approvisionnement en eau potable (boire de l'eau en bouteille impérativement),
  • aux fruits et légumes crus.

Eu égard aux complications possibles de la dysenterie, il convient impérativement de consulter votre médecin si les symptômes persistent plus de trois jours (forte fièvre, diarrhée sévère, nausées) ou de se rendre aux urgences les plus proches.

Bon à savoir : des complications aiguës et graves peuvent survenir, surtout chez le nourrisson et le jeune enfant : hypoglycémie, bactériémies ou septicémies, déshydratation, collapsus, insuffisance rénale aiguë, occlusion intestinale ou péritonite. Il convient de faire particulièrement attention aux signes d’irritabilité, de léthargie ou de fièvre chez le nourrisson.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider