Reflux gastro-oesophagien

Sommaire

Reflux gastro-œsophagien, ou RGO

Le reflux gastrosophagien est la remontée du contenu de l'estomac dans l'œsophage.

  • La forte acidité de ce contenu gastrique et la présence d'une enzyme (la pepsine) sont responsables d'une irritation de l'œsophage et des autres signes observés.
  • Le reflux gastro-œsophagien chronique touche près de 4 millions de personnes en France, mais 1 personne sur 3 présente un reflux occasionnel.

Causes du reflux gastro-œsophagien

Chez l'adulte

Le reflux gastro-œsophagien est dû à une défaillance du double système de fermeture qui sépare l'œsophage de l'estomac, le sphincter musculaire et l'angle naturel entre la grosse tubérosité gastrique et le cardia.

La hernie hiatale, qui fait remonter une partie du cardia dans le thorax, est une cause majeure de ce reflux.

Divers facteurs favorisants ou aggravants sont connus :

  • le tabagisme,
  • les boissons gazeuses,
  • l'obésité abdominale (le rôle de l'obésité générale n'est pas démontré),
  • la grossesse,
  • les vêtements serrés sur l'abdomen,
  • la position allongée après les repas.

Le rôle des graisses cuites(fritures) et de l'alcool, souvent cités, sont plus controversés.

Chez le nourrisson

Le reflux gastro-œsophagien du nourrisson, lié à l'immaturité de l'appareil digestif, est largement favorisé par :

  • la position allongée juste après les tétées ou les repas,
  • la prise trop précoce de jus de fruits acides ou de boissons gazeuses,
  • des couches trop serrées.

Selon une étude française, l’exposition in utero au tabagisme de la mère augmenterait également les risques de reflux et de régurgitations chez les bébés.

Signes du reflux gastro-œsophagien

Chez l'adulte

Les signes directs sont très évocateurs :

  • remontées et régurgitations acides dans la gorge, avec sensation de brûlure, irritation pharyngée (fausse angine) ou modification de la voix (fausse laryngite) ;
  • les sensations de brûlure derrière le sternum (pyrosis), aggravées en position couchée ou penchée en avant, pour enfiler ses chaussettes ou lacer ses chaussures par exemple ;
  • douleurs de la région épigastrique.

Les signes indirects sont moins spécifiques

  • toux nocturne, bronchite à répétition,
  • douleurs thoraciques faisant croire à une maladie cardiaque,
  • hémorragie digestive,
  • déglutition difficile.

Remarque : les hommes qui présentent des RGO sévères voient leurs risques de développer un cancer de l'œsophage multipliés par six (il s'agit du premier facteur de risque de cancer œsophagien). Chez les femmes, ce risque n'est équivalent qu'au-delà de 60 ans.

Chez le nourrisson

La régurgitation est banale chez le nourrisson et le jeune enfant : le médecin évoque un reflux gastro-œsophagien quand les rejets sont fréquents, abondants, persistants et très acides.

Les signes associés aux rejets sont plus difficiles à interpréter :

  • mauvaise prise des biberons, avec refus de boire après quelques gorgées, ce qui peut entraîner un retard de croissance ;
  • pleurs et agitation après le repas ou pendant le sommeil ;
  • accès brutal de pâleur ou de cyanose (coloration bleutée) surtout après le repas ;
  • toux sèche chronique, bronchites ou bronchiolites à répétition ;
  • infections ORL à répétition (otites, laryngites, rhinopharyngites) même en dehors des périodes d'épidémie.

Examens du RGO

En cas de RGO, l'examen de référence est la fibroscopie gastrique, qui élimine en même temps d'autres maladies possibles et montre souvent une hernie hiatale.

La mesure d'acidité (pHmétrie) et la mesure des pressions (manométrie œsophagienne) sont utiles en cas de doute.

La fibroscopie et la pHmétrie ne sont demandées chez l'enfant qu'en cas de doute ou de saignement digestif probable avec anémie.

Traitement du reflux gastro-œsophagien

Traitement médicamenteux chez l'adulte

Le traitement du RGO associe :

  • la suppression de tous les facteurs favorisants identifiés : tabac, repas copieux, boissons gazeuses, abus d'alcool, vêtements serrés ;
  • le maintien en position assise ou debout pendant au moins une heure après la fin des repas (les médecins conseillent encore parfois d'aller promener son chien avant la sieste ou après le dîner) ;
  • des antisécrétoires qui diminuent la sécrétion d'acide chlorhydrique dans l'estomac (voir hernie hiatale) et qui présentent l'intérêt de soulager les symptômes en 48 heures et de supprimer les remontées acides ;
  • des médicaments, qui diminuent le tonus musculaire de la paroi gastrique, comme la dompéridone ;
  • des anti-acides qui se gélifient en surface du contenu gastrique et tapissent la muqueuse.

Le traitement est poursuivi au moins 2 moins avant d'être suspendu pour évaluer le résultat. La chirurgie est réservée aux échecs du traitement médical avec complications (œsophagite, ulcère, hémorragie).

Bon à savoir : l'AMM des médicaments à base de dompéridone (ou de métoclopramide) a été retirée chez l’adulte et chez l’enfant dans le cadre du traitement des reflux gastro-œsophagiens (entre autres) en raison des risques d'arythmies ventriculaires graves, de mort subite cardiaque et d'effets indésirables neurologiques.

Consulter la fiche pratique

Traitement naturel des RGO

En naturopathie on préconise plutôt l'adoption d'une alimentation de type méditerranéen, une étude ayant même montré que le régime méditerranéen était plus efficace que les IPP pour réduire les reflux gastro-œsophagiens.

On conseille également de supprimer tous les produits laitiers et ceux contenant du gluten pendant quelques mois, ceux-ci étant irritants pour la muqueuse digestive et participent à l’inflammation.

Pour améliorer la digestion et éviter les fermentations et ballonnements qui favorisent les remontées acides, on peut prendre :

  • des graines de fenouil et d'anis sous forme d'infusion à raison d'une cuillerée à café de chaque graine dans 1/3 de tasse d'eau chaude à laisser infuser un quart d'heure et à filtrer ;
  • un extrait de réglisse associé à un extrait de curcuma pour d'une part détruire l'Helicobacter pylori et d'autre part favoriser la sécrétion du mucus tout en réparant la muqueuse de l'estomac et en exerçant une action anti-inflammatoire ;
  • de l’hydne hérisson (Hericium erinaceus), un champignon, qui est lui aussi inhibiteur de l'Helicobacter pylori et qui favorise également la réparation de la muqueuse de l’estomac tour en luttant contre les troubles digestifs ;
  • de la guimauve, dont on utilise aussi bien les fleurs et les feuilles en infusion que la racine en décoction, mais on peut aussi la prendre en gélules ou en teinture mère ; elle est émolliente, anti-infammatoire et anti-acide (entre autres) ;
  • de l'aloe vera sous forme de gel (une cuillerée à soupe à la fin de chaque repas pendant deux semaines)

Enfin, pour lutter contre le stress, on peut effectuer une cure de plusieurs semaines de basilic sacré, une plante ayurvédique adaptogène qui renforce la capacité de l'organisme à lutter contre le stress et qui est aussi carminative, antispasmodique et anti-ulcéreuse. Elle est à prendre en teinture mère à raison de 45 gouttes deux fois par jour en dehors des repas.

Pour soulager les pharyngites et laryngites causées par l'acidité, vous pouvez aussi réaliser un mélange d'huiles essentielles (HE) dans un flacon de 50 ml :

Massez votre cou avec 20 gouttes de cette préparation trois ou quatre fois par jour (jusqu'à six fois maximum).

Chez le nourrisson et l'enfant

Le reflux gastro-œsophagien guérit souvent spontanément avec l'acquisition de la station debout. En attendant, le médecin propose :

  • de coucher le bébé sur le dos ou sur le côté dans un lit incliné à 30° (tête plus haute que les pieds) ;
  • d'éviter jus de fruits acides et boissons gazeuses ;
  • d'épaissir le lait des biberons avec des pectines ou des amidons.

Les médicaments ne sont proposés qu'en cas d'échec de ces mesures après une évaluation de deux mois environ. Ils sont identiques à ceux de l'adulte, mais à des doses adaptées à l'âge et au poids de l'enfant.

Bon à savoir : il est possible de régler très rapidement certaines formes de RGO en ostéopathie.

Prévention du RGO

La prévention du RGO repose sur les mêmes mesures hygiéno-diététiques que son traitement médical, en évitant tous les facteurs favorisants. Il faudra entre autres adopter des modes de cuisson douce et supprimer toutes les
fritures, les plats industriels, les plats épicés, le tabac, l’alcool, le café et le chocolat. Ces trois derniers favorisent les remontées acides en relâchant le sphincter œsophagien inférieur.

On fera aussi en sorte de privilégier les eaux de boisson (de source ou minérale) alcalines (pH supérieur à 7 à contrôler sur l'étiquette).

Par ailleurs, en tant que pathologie multifactorielle il faut également faire en sorte de limiter le plus possible le stress, pourquoi pas en pratiquant quotidiennement une séance de cohérence cardiaque.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Infarctus mésentérique Dysenterie tropicale Syndrome dysentérique Choléra Syndrome d'Ogilvie Adénolymphite mésentérique Maladie coeliaque Atrophie villositaire Enterococcus faecalis Escherichia coli Comment soigner l'escherichia coli Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Diverticule colique Traiter l'helicobacter pylori Helicobacter pylori traitement naturel Colite ischémique Occlusion intestinale Stase stercorale Invagination Lithiase salivaire Typhoïde Glossodynie Bézoard Hernie inguinale et crurale Hernie ombilicale Hernie hiatale Soigner une hernie hiatale naturellement Hernie de la ligne blanche Hernie de Bochdalek Éventration abdominale Hernie diaphragmatique Intolérance au gluten Intolérance au lactose Intolérance au glucose Malabsorption du fer Maladie de Whipple Fissure anale Fistule anale Abcès anal Rectite Prolapsus rectal Appendicite Péritonite Syndrome de Sadam Syndrome de Costen Mâchoire qui craque Sécheresse de la bouche MICI Maladie de Crohn Rectocolite hémorragique Intoxication alimentaire Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Soigner une salmonellose Lavage d'estomac Parasitoses digestives Parasites intestinaux Bilharziose Cysticercose Ankylostomiase Amibiase Giardiase Kyste hydatique Maladie de Chagas Vermifuge humain Soigner les vers intestinaux Traiter les oxyures Traiter un ténia ou ver solitaire Dysenterie Ascaris Atrésie Atrésie de l'œsophage Maladie de Hirschsprung Diverticule de Meckel Syndrome de l’intestin irritable Côlon irritable Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Comment soigner une colopathie naturellement Traitement de l'intestin irritable Traiter une colopathie fonctionnelle Colopathes Régime FODMAP Colon irritable homéopathie Colite Colite spasmodique Traitement du Clostridium difficile Clostridium

Ces pros peuvent vous aider