Amibiase

Sommaire

Maladie infectieuse provoquée par une toute petite cellule contenue dans l'eau, le principal symptôme de l'amibiase est de mettre les intestins sens dessus dessous.

Surtout répandue sous les Tropiques, il y a quelques règles à observer lorsqu'on voyage pour éviter de ramener cette maladie. Petit tour d'horizon.

Causes de l'amibiase

L’amibiase est provoquée par l’amibe Entamoeba histolytica, parasite spécifique de l’homme. L'amibe fait partie de la famille des protozoaires, vivant exclusivement dans l'eau ou en présence d'une forte humidité.

En termes d'épidémiologie, on trouve principalement les cas d'amibiase dans les zones intertropicales humides et dans les régions à conditions sanitaires précaires, ce qui fait de l'amibiase un réel problème de santé publique encore aujourd'hui.

Bon à savoir : selon l’OMS, l’amibiase occupe la troisième place de toutes les maladies parasitaires avec plus de 50 millions de personnes infectées dans le monde.

Le mode habituel de contamination est la contamination indirecte par :

  • l'ingestion d'aliments (légumes crus) mal ou non lavés ;
  • de boissons ayant subi une contamination fécale ;
  • des mains non lavés.

Un autre mode de contamination possible est le contact direct, dans les cas de concentrations humaines (prisons, asiles, internats, camp, etc.) ainsi que dans les pays dans lesquels l'hygiène est déplorable. L’infection est souvent asymptomatique mais peut cependant entraîner de nombreuses complications qui peuvent mener jusqu'à la mort.

Bon à savoir : les protozoaires sont des êtres microscopiques de quelques microns de diamètre et sont ainsi impossibles à distinguer à l’œil nu.

Amibiase : quels symptômes ?

Les symptômes de l'amibiase sont principalement des symptômes intestinaux, liés à la migration des amibes dans la muqueuse de l'intestin. L'amibiase provoquera donc :

  • une diarrhée qui peut être importante (diarrhée profuse) ;
  • des douleurs abdominales ;
  • des selles fréquentes avec présence de sang et aspect glaireux rappelant une dysenterie.

Dans les cas un peu plus graves ou les amibes atteignent le foie via la circulation sanguine, une amibiase dite hépatique peut se développer avec les symptômes suivants :

  • foie volumineux avec abcès ;
  • douleurs hépatiques ;
  • fièvre ;
  • parfois, difficultés respiratoires.

Par ailleurs, les amibes peuvent migrer dans les poches parodontales (espace qui se crée entre la dent et la gencive en cas de maladie parodontale) et rendre une parodontite chronique.

Bon à savoir : certaines amibes non parasites (vivant dans des cours d'eau, lacs ou piscines) peuvent exceptionnellement parasiter l'homme et entraîner des méningo-encéphalites au pronostic gravissime, le plus souvent fatal. Il s'agit des genres Naegleria Hartmanella et Acanthamoeba.

Traitement à suivre en cas d'amibiase

Le diagnostic de l'amibiase se fait selon plusieurs examens en fonction du degré de sévérité des symptômes observés. On pourra donc effectuer :

  • Une coproculture : on recherchera la présence d'amibes dans les selles fraîchement émises.
  • Une sérologie : la recherche d’anticorps anti-amibes confirmera la présence de parasites dans l'organisme.
  • Une endoscopie ou échographie abdominale à la recherche d’éventuels ulcères ou abcès du foie.

Le traitement de l'amibiase sera également différent selon la gravité des symptômes :

  • Dans les formes bénignes d’amibiase intestinale, des mesures d'hygiène et de diététique devront être mises en place couplées si besoin à un traitement par voie orale à base d'antiparasitaires.
  • Dans les formes intestinales plus graves et les formes hépatiques souvent sévères, une hospitalisation sera nécessaire pour une prise en charge en urgence.

Il est possible qu'après le traitement des troubles digestifs continuent à être observés, même si les amibes ont été totalement éradiquées de l'organisme. Il peut dans ce cas être très intéressant de recourir à des probiotiques qui vont non seulement reconstituer la flore intestinale et lutter contre la perméabilité de la muqueuse mais aussi, pour certains, combattre les agents pathogènes résiduels.

Enfin la lutte contre l'amibiase repose surtout sur la prévention et la mise en place de bonnes pratiques d'hygiène alimentaire et d'hygiène de vie comme :

  • un lavage systématique des mains en toute circonstance (surtout en zone endémique) ;
  • l'éviction des légumes, fruits ou autres aliments crus lavés à l'eau simple ;
  • la prohibition de la consommation de l'eau courante en zone à forte prévalence d'amibiase (utilisation exclusive d'eau embouteillée en prenant garde aux glaçons réalisés à base d'eau courante).

Ces pros peuvent vous aider