Cholangite

Sommaire

Teint jaune, démangeaisons, douleurs abdominales... et si ses signes étaient imputable à un problème au niveau du réseau de circulation de la bile ? Découvrons-en plus sur la cholangite, et les moyens de la soigner.

Cholangite : définition

Les voies biliaires sont constituées d'un ensemble de canaux chargés de transporter la bile, produite par le foie, jusqu'à l'intestin grêle, où elle participe à la digestion des graisses. On distingue :

  • les voies biliaires intra-hépatiques, qui correspondent à des petits canaux localisés dans le foie, dont l'union forme deux canaux hépatiques plus larges ;
  • les voies biliaires extra-hépatiques, situées à l'extérieur du foie.

Ce réseau peut subir des phénomènes inflammatoires, on parle alors de cholangite. Ceci peut apparaître suite à une infection ou à une lésion au niveau des voies biliaires (provoquée par exemple par un calcul biliaire qui bloque un canal).

Dans certains cas, la cause n'est pas formellement identifiée et cette inflammation cohabite souvent alors avec une maladie inflammatoire de l'intestin (recto-colite hémorragique ou la maladie de Crohn) : il s'agit alors d'une cholangite sclérosante primitive. Elle apparaît le plus souvent chez de jeunes adultes, mais peut survenir dès l'enfance ; elle touche plus fréquemment les hommes que les femmes. Les voies biliaires se rétrécissent progressivement et peuvent finir par se boucher.

Symptômes et complications de la cholangite

La cholangite associe différentes manifestations :

  • un ictère (ou « jaunisse ») : la peau et les muqueuses prennent une teinte jaune ;
  • des démangeaisons ;
  • des douleurs qui se manifestent au niveau du côté droit de l'abdomen, sous le diaphragme ;
  • des épisodes de fièvre.

Bon à savoir : la maladie entraîne souvent des carences en vitamines A, E, D et K. Il convient alors de prendre une supplémentation orale pour compenser ce déficit.

La maladie évolue progressivement et conduit à la destruction des petits canaux biliaires à l'intérieur du foie. Ainsi, elle peut entraîner une cirrhose et une insuffisance hépatique. Elle augmente également le risque de développer un cancer des voies biliaires (le cholangiocarcinome).

Cholangite : prise en charge des patients

Diagnostic

Pour poser le diagnostic de la maladie, différents examens peuvent être menés :

  • des analyses sanguines ;
  • une cholangiographie rétrograde par voie endoscopique (ERCP) : un tube souple, le duodénoscope, est introduit par la bouche, puis passe dans l’œsophage, l'estomac pour atteindre le duodénum, la première partie de l'intestin grêle. Un produit de contraste est administré afin de pouvoir prendre des clichés radiologiques de la région ;
  • une IRM, examen moins invasif que l'ERCP, permet également une bonne visualisation des canaux biliaires.

Traitements

Les traitements de la maladie sont de différents ordres.

Il peut être médicamenteux :

  • les patients atteints de cette maladie reçoivent généralement un traitement à base d'acide ursodésoxycholique. Les données scientifiques manquent cependant pour confirmer l'efficacité de ce traitement  ;
  • pour soulager les démangeaisons, des anti-histaminiques et de la cholestyramine sont prescrits ;
  • l'administration d'antibiotiques permet de juguler les éventuelles infections qui peuvent survenir ;

Il peut aussi s'agir :

  • par voie endoscopique, il est possible de lutter contre les rétrécissements des voies biliaires en dilatant certaines portions des canaux et en mettant en place des prothèses qui vont maintenir un diamètre d'ouverture suffisant ;
  • le dernier recours est la greffe de foie, lorsque l'atteinte de l'organe devient trop sévère.

Ces pros peuvent vous aider