Traiter les oxyures

Sommaire

L’oxyure est un parasite intestinal. Ce petit ver très répandu n’infecte que l’être humain et est particulièrement contagieux. Entre 5 et 10 ans, environ un enfant sur trois sera atteint au moins une fois d’oxyures.

Ce n’est pas une infection grave, néanmoins elle explique bon nombre de douleurs digestives de l’enfant ; c’est pourquoi il est important de savoir reconnaître et traiter les oxyures.

1. La contamination des oxyures

L’oxyure vit dans l’intestin humain. Il a une idée fixe : passer d’un humain à un autre. Pour réussir son objectif, il se dissémine sur les mains et les objets.

  • L’oxyure est ingéré par la bouche, traverse le tube digestif et descend pondre ses œufs le soir à l’extérieur de l’anus. Dans la nuit, de nouveaux vers éclosent. Une partie remonte dans l’intestin, les autres restent dans les draps ou les vêtements, ainsi que sur les doigts de l’enfant qui se gratte.
  • Lorsque vous secouez les draps de l’enfant, les œufs se dispersent dans l’air.
  • Les mains souillées de l’enfant rapportent le ver à sa bouche (ré-infestation) et contaminent les objets usuels et les jouets. Ils deviennent alors vecteurs de transmission aux autres enfants, mais aussi aux adultes.

Attention aux idées fausses sur les oxyures :

  • L’association entre les grincements de dents et les vers n’existe pas.
  • Les animaux domestiques ne transmettent pas les oxyures.
  • La lune n’influence pas les poussées d’oxyures. Autrefois, une croyance liait le cycle de ré-infection du parasite dans l’intestin au cycle lunaire.

2. Reconnaissez les symptômes chez votre enfant

Envisagez une infection des oxyures si votre enfant présente les symptômes suivants :

  • Des démangeaisons anales (prurit), par crises de 3 à 4 jours, surtout le soir au coucher et la nuit. À force de grattage, de l’eczéma autour de l’anus peut apparaître, ainsi qu’une inflammation de la vulve chez les filles.
  • Une pâleur, des diarrhées inexpliquées, une difficulté à manger, des douleurs autour du nombril, une excitation inhabituelle, des cauchemars.

À savoir : parfois, il n’y a aucun trouble. Les membres d’une même famille peuvent être tous contaminés sans éprouver de symptômes.

3. Diagnostiquez des oxyures

Regardez à l’œil nu

Examinez le rebord de la région anale avec une lampe de poche, pendant la nuit ou le matin avant la toilette. Le ver est blanc et fin comme un cheveu. Il ne mesure pas plus d’1 cm, mais il frétille et est visible à l’œil nu.

Réalisez un scotch test

Si vous n’avez pas vu les oxyures, consultez un médecin ou un pédiatre pour réaliser un scotch-test. Ce test doit être réalisé le matin avant toute toilette locale. Un papier collant transparent est tapoté sur les replis de la peau autour de l’anus, replié en deux puis apporté au laboratoire pour un examen au microscope.

À savoir : Une parasitologie (examen) des selles n’est pas nécessaire.

4. Traitez les oxyures

Le traitement est le seul moyen de guérir l’infection et d’empêcher les ré-infestations successives. Une disparition spontanée d’un oxyure est impossible.

  • Certains antiparasitaires sont délivrés sans ordonnance. Si vous avez vu les oxyures, rendez-vous directement à la pharmacie.
  • Faites prendre à votre enfant un antiparasitaire spécifique en prise unique, (mebendazole, flubendazole, pyrantel, albendazole), à renouveler impérativement 2 semaines plus tard.
  • Traitez en même temps tous les membres de la famille.
  • Suivez les mesures anti-récidive.

Consultez un médecin si vous avez des doutes sur le diagnostic ou si les symptômes ne disparaissent pas malgré le traitement et les mesures prises.

5. Prévenez la ré-infestation et la transmission des oxyures

Il s’agit d’interrompre le cycle de ré-infestation et de transmission des oxyures.

  • Traitez toute la famille en même temps, puis une nouvelle fois 2 semaines plus tard.
  • Coupez court les ongles de votre enfant.
  • Lavez-lui fréquemment les mains et brossez-lui les ongles, surtout après chaque passage aux toilettes et avant les repas.
  • Apprenez à l’enfant à ne pas porter ses mains à la bouche.
  • Changez les vêtements, le pyjama et tous les draps de votre enfant le jour du traitement.
  • Lavez à 60° tout le linge qui a pu être contaminé. N’oubliez pas de laver les peluches et les jouets à l’eau très chaude.
  • Faites régulièrement le ménage des sols et aspirez la literie dans les chambres d’enfants et partout où ils jouent.

Ces pros peuvent vous aider